Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Actualités’ Category

devoir_de_vigilancedgEn France, les lobbys économiques continuent à faire bloc contre la proposition de loi sur le devoir de vigilance des multinationales. L’un de leurs principaux arguments est que la France ne doit pas avancer seule sur ce dossier.

Pourtant, nos voisins européens se préoccupent bien, eux aussi, de renforcer la prise en compte par les multinationales de leurs impacts sur les droits humains et l’accès à la justice des victimes. À quoi s’ajoute le projet de traité sur le même sujet au niveau des Nations unies, freiné notamment par… la France.

Nos multinationales prétendent avoir déjà mis en place toutes les mesures nécessaires pour prévenir les abus, et n’avoir pas besoin qu’un juge ou l’État s’en mêle. Ces belles assurances sont toutefois régulièrement mises en doute par des scandales retentissants.

Régulièrement aussi, nos multinationales doivent admettre qu’elles ne sont pas en mesure de certifier que les matières premières qu’elles utilisent n’ont pas été extraites dans des conditions problématiques.

Dynamique européenne

Pourtant, comme le relève le Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises, qui regroupe associations et syndicats , en réalité, la plupart de nos voisins européens avancent eux aussi sur le sujet des atteintes aux droits humains de la part des multinationales.

L’infographie publiée par le Forum à l’occasion du passage de la loi devant le Sénat cite des processus processus visant à l’instauration d’un « devoir de vigilance » pour les multinationales en Allemagne, Autriche, Suisse, Italie, Grande-Bretagne et Suède, ainsi qu’à l’échelon européen. Ces processus sont plus ou moins avancés, et les règles envisagées plus ou moins contraignantes d’un point de vue juridique.

La tendance va bien au-delà de l’Europe, et elle se traduit aussi à l’échelle globale par le projet de traité contraignant sur multinationales et droits humains en cours d’élaboration au niveau des Nations unies, à l’initiative de l’Équateur et de l’Afrique du sud.

La deuxième session du groupe de travail du Conseil des droits de l’homme en charge d’élaborer ce traité aura lieu à Genève la dernière semaine d’octobre.

Retrouver l’intégralité de l’article

observatoire-des-multinationales

 

Read Full Post »

Michael MollerMichael Moller, le directeur général de l’Office des Nations unies à Genève, est l’un des invités du Wold Economic Forum. Il scrute le sommet d’un point de vue et nous livre ses impressions sous la forme d’un carnet de bord quotidien

Il y a des mots qui reviennent très souvent dans les conversations à Davos: engagement des entreprises, partenariats public-privé, partenariats multi-acteurs.

En effet, les équilibres économiques mondiaux ayant changé et le monde actuel étant plus interconnecté que jamais auparavant, le rôle incontournable du secteur privé pour le développement durable ne fait plus de doute.

Le Programme de développement à l’horizon 2030, visant à mettre fin à l’extrême pauvreté, lutter contre les inégalités et l’injustice et protéger notre planète, est clair: pour réaliser les Objectifs de développement durable, il nous faut une multitude de partenaires dont les responsables gouvernementaux, la société civile et le secteur privé.

En 2000, l’ONU a lancé «le Pacte mondial», visant à inciter les entreprises du monde entier à adopter une attitude socialement responsable, en s’engageant à intégrer et promouvoir plusieurs principes relatifs aux droits de l’homme, aux normes internationales du travail et à la lutte contre la corruption.

Ce Pacte compte aujourd’hui plus de 8000 entreprises dans 160 pays. Récemment, dans le cadre de la COP21 à Paris, de nombreuses entreprises se sont également engagées pour le climat, à établir des objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions ou à financer la transition énergétique. De nombreux CEO ont pris conscience qu’ils avaient un rôle clé à jouer pour préserver le climat et la planète. Mais également, que réduire les émissions de CO2 nécessite plus d’innovations… et donc plus de business!

Mais engager le secteur privé n’est pas suffisant.

Il faut que cela se fasse dans le respect d’une responsabilité sociale et via des pratiques responsables. De ce fait, il nous faut pouvoir mesurer la responsabilité sociale des entreprises.

C’est pour cela que je suis ravi de l’annonce, aujourd’hui à Davos, de la création d’un indice global de durabilité, the Global Sustainability Index (GSI). Le GSI va permettre de répondre aux questions suivantes:

  • Est-ce que telle organisation est engagée dans des pratiques soutenables respectueuses de l’environnement?
  • Est-ce que cette même organisation soutient la justice sociale et crée une valeur qui bénéficie à la communauté?

L’objectif sur le long terme est d’établir une nouvelle norme de responsabilité sociale.

Le WEF a été l’une des premières organisations à faire la promotion de la coopération entre les secteurs public et privé, et ce n’est pas anodin si cet indice de durabilité est lancé dans le cadre de cette 46e édition du Forum de Davos, avec 1500 chefs d’entreprise présents.

Lorsque les entreprises mènent leurs activités de manière économiquement, socialement et écologiquement responsable, tout en gérant prudemment les risques sociaux et environnementaux, cela les aide à réussir. Le bénéfice est pour tous: pour les économies et collectivités locales, mais également pour l’entreprise elle-même.

Disons-le, le business durable c’est du bon business!

Je suis convaincu de la nécessité de mesurer le niveau et l’impact de l’engagement social des entreprises privées, et de nous donner les moyens de mettre en œuvre un vrai partenariat mondial pour la réalisation d’un développement réellement durable.

Retrouver l’intégralité de l’article

Le Temps

Read Full Post »

Saphie-Ly-1Quel traitement doit être fait de la RSE dans les médias ? Sophie Ly Sow, Directrice du Cabinet NEXUS Groupe diagnostique pour REUSSIR cette question très complexe.

Mais elle reconnait d’emblée que parler de choses nouvelles comme la RSE n’est jamais une évidence.

 

 

Est-il difficile de communiquer sur la RSE au Sénégal à travers les médias ?

Parler de choses nouvelles comme la RSE n’est jamais une évidence. Et les faire accepter est une gageure au Sénégal car nous sommes une société conservatrice malgré les apparences.

Les médias traitent les sujets, mais les angles sont répétitifs. Il faut remettre en question les lectures de l’environnement qui nous abrite. Je vois bien que la presse a soif de nouvelles qui soient de nature économique et de portée sociale à la fois.

Chaque jour les médias relaient des faits divers qui documentent la vulnérabilité de communautés face à des activités industrielles mal encadrées ou peu respectueuses des lois existantes.

Par exemple, aujourd’hui, les communautés ont acquis le droit, inscrit dans nos juridictions nationales et au niveau CEDEAO, d’exiger des études d’impact environnemental avant que ne démarrent des usines. Or, trop peu d’assemblées de communautés sont couvertes par les journalistes et c’est dommage.

Ou a contrario, trop peu de bonnes pratiques font l’objet de reportages. Une approche systémique dans le traitement journalistique des négociations entre décideurs publics, intérêts privés et souci de préservation des cadres de vie contribueraient à forger une compréhension scientifique et politiquement équilibrée des choses.

D’où le défi pour les médias : comment problématiser au-delà des articles ponctuels et des faits divers ?

Le sujet de fond est le contexte économique libéral, parfois qualifié de « sauvage ». C’est aussi l’insuffisance de cadres structurés de protection des citoyens et de l’environnement. D’autant que l’accès à l’information n’est pas acquis. Vous avez raison, il faut distinguer information et communication. Aujourd’hui il est plutôt facile de communiquer. Informer est une autre histoire.

 

« Il y a pire qu’un esprit pervers, c’est un esprit habitué » disait le poète français Charles Péguy.

Il faut changer les habitudes au sein de la profession journalistique. Les schémas de pensée doivent se renouveler et se libérer du confort de ce que nous croyons et répétons machinalement, perpétrant ainsi les effets néfastes sans même en prendre la mesure.

 Si le besoin de faire connaitre ses actes vient toujours des entreprises, les journalistes sont-ils à même de distinguer l’aspect RSE et celui de la communication institutionnelle de la première citée ?

Bien sûr !  Nul n’a le monopole de l’initiative d’informer. Et reconnaissons le mérite aux entreprises qui communiquent. Il appartient aux journalistes de prendre leurs responsabilités et poser les questions d’intérêt publique.

Il faut plus d’information, sous divers angles. Je suis optimiste car ça bouge et donc la presse s’y intéressera. Des dizaines d’entreprises fleurons de notre économie sont engagées en RSE. Au niveau de l’Etat, le CESE s’est ouvert à cet enjeu et l’on observe des conseillers qui font activement leur propre éducation sur le sujet.

Récemment, la Présidence de la République a présenté son rapport sur l’ITIE. C’est une avancée réelle et une pratique positive d’information. C’est le fruit d’un travail de longue haleine de la société civile internationale, d’une démarche scientifique sur les plans environnemental et juridique et d’une solide capacité d’anticipation.

Il y a un an, NEXUS Groupe et l’Initiative RSE, avec l’appui d’OSIWA et de l’Ambassade des Pays Bas conviaient deux groupes de professionnels de l’information à deux exercices distincts et complémentaires :

  1. Les managers de médias à la réflexion sur l’impact de la RSE dans l’équilibre interne entre indépendance éditoriale et relation aux annonceurs publicitaires
  2. Une cohorte de journalistes de la CJRS en formation pour la capacité de collecte scientifique et de traitement politique des sujets liés à la RSE.

La RSE mobilise diverses parties. La matière à informer existe, par l’action de la société civile et les efforts du secteur privé. Reste le rôle des journalistes.  A chacun son travail.

Retrouver l’intégralité de l’article

Reussir Business

Read Full Post »

JP DelevoyeInterrogé sur le fait qu’il fallait un Vincent Lindon, couronné d’un prix d’interprétation masculine reçu à Cannes, pour que soient évoqués les « laissés-pour-compte » de notre pays, le président du Conseil économique social et environnemental, Jean-Paul Delevoye a convenu que nous vivions « un moment de crispation et de rupture potentielle de notre société ».

Invité ce lundi 25 mai sur Europe 1, Jean-Paul Delevoye a dressé,une nouvelle fois, un constat sévère de la rupture entre le peuple et les politiques et s’est même alarmé du risque « d’avoir des conflits non pas entre les Etats mais à l’intérieur des Etats ».

Nous sommes sur des points de rupture à l’échelle de la planète. Le monde capitaliste ne peut pas continuer aujourd’hui à créer de la richesse s’il ne s’accompagne pas d’une amélioration de la performance sociale. Il y a un risque de dislocation sociale. Si l’augmentation des richesses se fait sur une minorité, la majorité des exclus se revengera et nous risquons d’avoir des conflits non pas entre les Etats mais à l’intérieur des Etats .

Ecouter l’interview ICI

Retrouver l’intégralité de l’articleMarianne

 

Read Full Post »

Je suis Charlie

Read Full Post »

Michel CapronLe hasard a fait que la question du rachat d’une partie d’Alstom a croisé dans les médias le premier anniversaire du drame du Rana Plaza au Bangladesh. Apparemment deux évènements qui n’ont rien à voir ensemble. Et pourtant…

Michel Capron nous livre dans cet article son analyse….

Dans le cas des suites de l’effondrement du Rana Plaza, la plupart des clients donneurs d’ordre de cette usine cherchent à limiter leurs responsabilités, certains les reconnaissent quelque peu et acceptent de participer à l’indemnisation des victimes, d’autres y rechignent ou même les nient.

Dans le cas d’Alstom, l’Etat français qui n’est pas actionnaire et n’a donc juridiquement aucun pouvoir d’intervention sur les négociations en cours, proclame, par la voix du président de la République, sa légitimité à être partie prenante à la discussion, au nom de sa qualité à passer des commandes publiques à l’entreprise et des éventuelles conséquences de la décision pour le pays.

 
RAPPORTS DE FORCE INVERSÉS

Le point commun ? Ce sont des clients donneurs d’ordre qui, dans le premier cas, cherchent à s’abriter derrière l’absence de liens juridiques pour minimiser l’importance de leurs responsabilités ; dans l’autre cas, au contraire, un important client (qui peut certes se prévaloir aussi de la défense de l’intérêt national) s’efforce de contourner cette absence de lien juridique pour se porter « partie prenante » et peser de manière déterminante sur l’avenir de l’entreprise.

Avec des différences qui tiennent à des rapports de force inversés, voilà deux situations dans lesquelles des acteurs essentiels ne sont pas pris en compte ou ne veulent pas l’être, alors que les changements de situation dépendent en grande partie d’eux ou peuvent les affecter.

Ces deux exemples montrent que l’actuel droit des sociétés est défaillant à fournir un statut à ces « parties prenantes » extérieures aux entreprises et pourtant très importantes pour elles, pour leur devenir, leurs activités et leurs conditions d’exploitation.

 

XIXE SIÈCLE

Dans d’autres situations, ce sont les salariés, les fournisseurs, les usagers ou les riverains qui seront laissés pour compte sans avoir la possibilité légale d’agir sur des processus qui les concernent directement.

Il est temps de ne pas laisser le droit des sociétés être focalisé sur les seuls apporteurs de capitaux et ignorant de ce que représente véritablement l’entreprise aujourd’hui, c’est-à-dire un ensemble composé de ceux qui participent à sa vie économique, mais aussi des acteurs de la société civile influencés, directement ou indirectement, par ses activités.

Il est temps de définir un statut, les droits et les obligations pour toutes les parties prenantes qui ont une influence ou qui sont impactées par les activités d’une entreprise. En bref, il est temps de reconsidérer la conception que nous avons de l’entreprise, de son « intérêt social » et de ses rapports à la société, qui date du XIXe siècle.

Retrouver l’intégralité de l’article

Monde idées

 

Crédit Photo

Read Full Post »

Femmes et croissanceLes 40 femmes qui vont doper la croissance française

Elles sont jeunes avec des CV exceptionnels. On ne les connaît pas encore et pourtant elles représentent la relève de nos élites. L’Institut Choiseul et Terrafemina publient en exclusivité le premier classement des femmes de moins de 40 ans qui feront la croissance de demain. Qu’elles soient patronnes, directrices de cabinet ou entrepreneuses, elles annoncent la couleur pour les années à venir. Portrait d’une génération de trentenaires à suivre de près.

Rajeunir nos élites pour rafraîchir les débats

C’est la question posée par l’Institut Choiseul, cercle de recherche indépendant, qui publie avec Terrafemina le premier classement des 40 femmes qui sont appelées à devenir les leaders économiques de demain. Ce « Choiseul 40 féminin » a identifié des centaines de femmes à haut-potentiel, via les recommandations issues de la société civile, des élus, des fédérations et des entreprises, pour sélectionner la crème de cette génération. « En tant que think tank économique, nous sommes en dialogue permanent avec les dirigeants, en majorité des « seniors » de plus de 55 ans », explique Didier Lucas, Directeur général de l’Institut Choiseul, « pour renouveler nos débats, nous avons décidé de nous adresser également aux jeunes, à la génération juste en dessous, mais pour cela il fallait d’abord l’identifier ». D’où la naissance du Choiseul 100 en 2013 avec Le Figaro, dans lequel on comptait 33 femmes, et de sa déclinaison féminine en 2014.

Retrouver l’intégralité de l’article

Terrafemina

Merci à toutes et tous les jours, moi qui ai la conviction que la Responsabilité Sociétale s’accorde au féminin et ne se fera qu’avec vous.

Read Full Post »

Older Posts »